Être poète n'est pas une ambition que j'aie, c'est ma manière à moi d'être seul. Fernando Pessoa

Tout corps opaque rayonne de sa propre image - dégage sa propre image - en tout l'air ambiant. Alix Cléo Roubaud

J'avais envie de poésie et de tendresse parce que le monde en manque cruellement. La vraie pertinence aujourd'hui, c'est de révéler la poésie qui est en nous. Bartabas


Dans Le cabinet des curiosités sur Radio U;
chroniques - L'écho d'un vers - L'instant du dernier mot.

Publications dans les revues Web:
https://larevuedesressources.org/_carol-delage,3069_.html
https://www.cequireste.fr/category/auteurs/carol-delage/

Exposition personnelle de photographies - Derrière la vitre - à L'étiquette Paris 4, avril-mai 2017.

https://www.eurydemaornataeditions.com/copie-de-revue-ornata-6
http://www.dechargelarevue.com/La-Revue-Ornata-no-6.html

Exposition d'une photographie à L'Atelier des Vertus Paris 3, dans le cadre du lancement de la revue 6 Ornata, événement associé aux manifestations du Printemps des poètes.

Exposition collective de photographies à L'Atelier des Vertus, 21 /12/19 pour la fête du solstice d'hiver.

Exposition personnelle de photographies - La frontière - à l'Atelier des vertus le 14 mars 2020.

Publications de poèmes et de recueils chez Les Cosaques Des Frontières:
Recueils "Jusqu'à la lie" avril 2020
& "Une mesure du monde" 1er août 2020 https://lescosaquesdesfrontieres.com/category/carol-delage/


Site web enregistré à la Bnf



samedi 23 juin 2018

vendredi 15 juin 2018

***


De la chair aux nues
De notre éphémère matérialité
Aux anneaux de l'éternité

Ce rêve que nous partageons
Ce pont de grâce suspendu
Ce chant extériorisé

Éveillés, endormis
Du premier au dernier souffle donné

dimanche 3 juin 2018

C 150





C 153



C 152





C 151





En moi

Mon enfant en moi
Si longtemps étouffée
Se réveille en moi
Depuis endeuillée

Je l'interroge
Je vois qu'elle comprend
L'anthracite tourment
Le spectre élargi
- L'apport de mon temps -

Tué le trauma tu
En vie retenue
Elle ne pleure plus
Comme on pleure sur soi
Mais les disparus

Elle compte sur ses doigts
Les pierres mentales
Se positionner
Peu à peu comblant
La sente perforée

Bientôt la mousse viendra s'y attarder.