Être poète n'est pas une ambition que j'aie, c'est ma manière à moi d'être seul. Fernando Pessoa

Tout corps opaque rayonne de sa propre image - dégage sa propre image - en tout l'air ambiant. Alix Cléo Roubaud

J'avais envie de poésie et de tendresse parce que le monde en manque cruellement. La vraie pertinence aujourd'hui, c'est de révéler la poésie qui est en nous. Bartabas


Dans Le cabinet des curiosités sur Radio U;
chroniques - L'écho d'un vers - L'instant du dernier mot.

Publications dans les revues Web:
https://larevuedesressources.org/_carol-delage,3069_.html
https://www.cequireste.fr/category/auteurs/carol-delage/

Exposition personnelle de photographies - Derrière la vitre - à L'étiquette Paris 4, avril-mai 2017.

https://www.eurydemaornataeditions.com/copie-de-revue-ornata-6
http://www.dechargelarevue.com/La-Revue-Ornata-no-6.html

Exposition d'une photographie à L'Atelier des Vertus Paris 3, dans le cadre du lancement de la revue 6 Ornata, événement associé aux manifestations du Printemps des poètes.

Exposition collective de photographies à L'Atelier des Vertus, 21 /12/19 pour la fête du solstice d'hiver.

Exposition personnelle de photographies - La frontière - à l'Atelier des vertus le 14 mars 2020.

Publications de poèmes et de recueils chez Les Cosaques Des Frontières:
Recueils "Jusqu'à la lie" avril 2020
& "Une mesure du monde" 1er août 2020 https://lescosaquesdesfrontieres.com/category/carol-delage/


Site web enregistré à la Bnf



dimanche 30 octobre 2016

***

Dans le décousu
Des lèvres
Ou dans le geste,
L'inconnu libéré
De nos profondeurs,
Se décline.

mardi 25 octobre 2016

Repos

En ce lieu crépusculaire
Que les étoiles
Au-dessus de la tête
Remettent en majesté
Nous resterons muets
Pour l'éternité

lundi 24 octobre 2016

B&W 121

Sur les lignes pures

Sur les lignes pures
Du monde,
Les signes
- Soleils souvenus -
Le tracé
Des possibles

Sur les lignes pures
Des paumes
Le verbe
- Écrit contenu -
La pensée,
Invisibles

vendredi 21 octobre 2016

lundi 17 octobre 2016

Partance (autre) II

Je t'ai vu couché sur un nuage flottant
Vaisseau sombre, calme, lent
Essoufflé le voyage, doucement le déplacement

Les coutures cèdent, tu pars progressivement
Ton corps s'étire, tu deviens grand
Dans mon ciel au soleil couchant

dimanche 16 octobre 2016

vendredi 14 octobre 2016

Avant le silence

Un blanc qui étire l'espace
L' étranglement des mots

La douceur prise dans la nasse
La sombreur, les maux

La vie d'un être qui s'efface
Et tout ce qui n'a pu être dit plus tôt

dimanche 9 octobre 2016

Nous sommes

Trempés
Dans la céleste mécanique
Des données,
Moissonneurs
D'images,
L' alarme à l’œil
Dilaté,
Avec pour sphère mentale
Les écrits invisibles
Chorégraphiés

mercredi 5 octobre 2016

Survivance


Les engouements s'éteignent
Mais les émotions demeurent
Au creux de la mémoire

Registre où vibrionnent
Les feuillets du sensible
Où persiste une lueur